Nouveau blog

Pour commencer ce blog, profitons d’évoquer un sujet simple et finalement sans importance cruciale. Rappelons simplement que je suis revenu m’installer en France il y a un an, après 15 ans passés ailleurs : à l’étranger de façon sédentaire tout d’abord, et itinérante ensuite. Cette double expérience me donne donc une certaine légitimité pour le projet dans lequel je me lance.

Je vous propose d’utiliser cette plateforme pour vous livrer, entre autres sujets, un rapport d’étonnement en pièces détachées. Les billets « Only in France » resteront, malgré mes efforts, quelque peu subjectifs. Mais je les espère néanmoins utiles, notamment à ceux qui n’auraient pas eu la chance que j’ai eue, celle de pouvoir aller voir ailleurs ce qui se fait de mieux (ou de moins bien).

Une spécificité française sur la route

Passons donc sans plus tarder à ce sujet de peu d’importance : le clignotant. Et pourtant, les irritants sont souvent de petites choses finalement peu compliquées en elles-mêmes ! Quelle stupéfaction initiale, à l’heure de reprendre le volant pour effectuer des trajets quotidiens sur les routes françaises, de retrouver cette habitude incongrue, pratiquement inconnue ailleurs, et visiblement perpétuée par les auto-écoles. Une petite moitié des voitures sur la voie de gauche d’une 4-voies ou d’une autoroute circulent avec le clignotant allumé sans discontinuer !

Le fameux clignotant quelque peu quantique : il a deux états, éteint et allumé, et pour cause !

Le fameux clignotant quelque peu quantique : il a deux états, éteint et allumé, et pour cause !

Enfin, clarifions toutefois : vous aurez compris que ledit clignotant s’allume et s’éteint sans arrêt, la lumière étant alternativement allumée et éteinte une fois par seconde pendant des dizaines de minutes d’affilée ! Pratique stupéfiante, qui doit laisser bien des conducteurs étrangers pantois. Ce d’autant plus qu’a contrario l’usage de « l’indicateur de changement de direction » (son nom officiel) est assez aléatoire aux intersections et en particulier sur les ronds-points – mais il faut reconnaître que le bon signalement du changement de direction, lui, n’est pas problématique qu’en France. Ce qui est spécifique, en revanche, c’est de rouler sur une même file sur des kilomètres sans éteindre cet avertisseur alternatif visuel !

Pour ou contre le clignotant à gauche

La logique alors respectée est la suivante : le code de la route impose de rouler à droite, donc si je me déplace sur la file de gauche, je suis en train de doubler. Or, pour de nombreuses personnes, il faut signaler un dépassement en mettant son clignotant, et j’en conviens. Il faut au passage reconnaître que, comme souvent, la loi n’a pas été modernisée. Elle reste plutôt adaptée aux routes avec une seule voie dans chaque sens qu’aux autoroutes avec plusieurs files dans chaque sens et séparateur central. Cela aide à entretenir le flou.

En effet, une petite majorité des gens, eux, n’activent pas le clignotant dans cette situation. Cette pratique répond à une autre logique. L’indicateur en question a vocation à signaler un changement de direction. Le fait de passer d’une file à l’autre doit ainsi être signalé, tandis que le fait de rester sur la même file (de gauche) sans en changer, n’implique évidemment pas de changement de direction. De plus, le code la route stipule que lorsque la circulation s’est densifiée au point d’être ininterrompue, le fait de rouler plus vite sur une file n’est pas considéré comme un dépassement. Bref on peu arguer dans un sens comme dans l’autre, noter qu’a priori les arguments contre l’usage du clignotant semblent plus solides tout en reconnaissant cependant que faute de législation claire ils n’emportent pas la décision d’eux-mêmes.

Une affaire de bon sens

A terre comme en mer, la bonne navigation de nuit demande de traîter efficacement les indications visuelles

A terre comme en mer, la bonne navigation de nuit demande de traîter efficacement les indications visuelles

C’est précisément dans ces cas-là qu’il faut alors faire preuve de bon sens marin (même à terre !). Le changement de direction vers la gauche alors que l’on circule sur la file de gauche avec un séparateur central est quelque peu impossible, et a donc peu de sens. Et surtout, surtout, il faut bien réaliser que ledit clignotant est justement alternatif afin d’être mieux repérable par le cerveau des autres conducteurs. C’est-à-dire qu’il attire l’attention, ce qui est bénéfique de manière ponctuelle, mais ce qui devient néfaste dans la durée car l’indicateur attire l’attention des autres automobilistes sans discontinuer. C’est là le comble de cette pratique : elle incite chacun à développer une capacité à ignorer le clignotant, ce qui devient évidemment dangereux !

De jour cela demande un petit effort de la part de chacun pour en faire abstraction. Mais de nuit (et j’écris ces lignes alors que nous sommes nombreux en cette saison à effectuer nos trajets du matin et du soir pendant les heures sombres), cela devient impossible. Combien d’entre nous doivent alors passer des dizaines de minutes 30 mètres derrière une voiture dont le clignotant n’apporte qu’une information parasitaire ? Il y aurait parfois de quoi devenir épileptique, d’ailleurs, que ce soit en raison d’un véhicule derrière soi et dont le clignotant se réfléchissant par les rétroviseurs viendrait vous assaillir sans relâche, ou du véhicule devant soi qui lui ne doit faire qu’ignorer son minuscule indicateur vert sur le tableau de bord tandis que vous devez tenter de vous concentrer sur la route, y compris en conditions climatiques adverses, alors qu’on vous impose l’équivalent d’un gyrophare dans la figure !

Merci, donc, à tout un chacun de réfléchir avant de laisser son clignotant vers la gauche une fois le changement de file terminé. Les autres automobilistes vous remercient pour votre sens civique.


1 commentaire

Avatar

Jeannot · 3 décembre 2018 à 8h48

Tout à fait d’accord. Souvent ceux qui maintiennent leur clignotant en doublant sont des gens qui vont trop vite et veulent faire comprendre qu’il faut leur laisser la place…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You can encrypt your comment so that only Nicolas can read it.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.